Démonstrations - Work in progress 1c au médium flamand

"Work in progress 1c" :

une démonstration de quelques possibilités de la technique mixte

(reprise après séchage)

 

 

medium-christian-vibert-atelier-fontaines-frais-2.jpg
Médium gras fraîchement posé
 

 

 

 

Comme promis, voici notre deuxième séance de "Work in progress".

 

Mais, auparavant, nous allons illustrer ce que nous disions concernant l'éclaircissement du médium exposé à la lumière.

 

 

 

 

 

 

medium-sec-christian-vibert-atelier-fontaines.jpg
Médium après séchage
et exposition en lumière diffuse

 

 

Après environ deux semaines de séchage et exposition en lumière diffuse, on peut remarquer la teinte remarquablement pâle du médium. Le ton doré a presque disparu, seulement discernable dans les empâtements de fortes épaisseurs. Ce phénomène est caractéristique des huiles cuites en présence d'oxydes métalliques spécifiques. Il ne faut donc pas craindre la teinte sombre que ces huiles peuvent afficher en fin de cuisson. Cette coloration ne perdure pas dès lors qu'on les expose à la lumière.

 

 

On notera aussi la persistance du brillant, et l'absence totale de craquelures ou plissement. En effet, les oxydes métalliques utilisés lors de la cuisson favorisent une siccativation en profondeur du médium, évitant l'effet "chausson aux pommes", c'est-à-dire la formation d'une pellicule sèche en surface bloquant le séchage en profondeur, ce qui amène inévitablement des accidents de siccativation.

 

 

medium-emulsion-technique-mixte-christian-vibert-atelier-fontaines-28.jpg
Etat de notre ébauche en fin de première séance



 

 
 
 
Reprise après séchage :  le travail avec le médium gras

 

A la fin de notre première séance, nous en étions arrivés au résultat ci-contre.

 

Fidèle au principe de la technique mixte, si nous désirons aller plus loin, nous allons donc reprendre par le travail au médium gras.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

technique-mixte-mat-brillant-christian-vibert-atelier-fontaines-37.jpg
Mats et brillants : un aspect hétérogène

 

 

 

A noter que, en lumière frisante, certaines zones sont demeurées brillantes, principalement les parties sombres ou intensément colorées, travaillées au médium. D'autres ont pris une apparence plus satinée, voire mate, essentiellement les clairs, travaillés à l'émulsion.

 

Contrairement au phénomène d'embus, fort lorsque l'on travaille à l'huile pure, ou même à l'huile et au vernis, ici, cet aspect hétérogène n'est pas le résultat d'un accident de siccativation. Au contraire, il traduit tout naturellement le fait que les différentes parties du tableau n'ont pas été travaillées avec un liant de même nature, caractéristique typique de la technique mixte, qui fait sa richesse, la variété de sa facture et son originalité.

 

 

 

technique-mixte-vernis-retoucher-christian-vibert-atelier-fontaines-39.jpg
Passage du vernis à retoucher

 

 

Le passage d'un vernis à retoucher constitué, comme lors de notre première séance, d'un mélange d'un volume de médium gras pour six volumes d'essence de térébenthine va réunifier l'aspect du tableau et, surtout, éviter la superposition non désirée d'une touche d'émulsion maigre sur une première couche de médium gras déjà sèche. En effet, et c'est là la seule limite de la technique mixte, car l'adhérence pourrait être médiocre.

 

 

A noter que, sur une œuvre de plus grande taille, il serait fort possible de ne passer le vernis à retoucher que sur la partie de la surface peinte que l'on souhaiterait retravailler. De même, si l'on est sûr de ne pas être amené à superposer l'émulsion sur une partie travaillée au médium, et déjà sèche, le vernis à retoucher n'est pas du tout indispensable. Le travail à sec permet, en effet, d'obtenir encore d'autres effets, en particulier des frottis et des vélatures très minces.

 

 

 

technique-mixte-empatement-christian-vibert-atelier-fontaines-32.jpg
Zone d'empâtements en fin de première séance
empatement-glacis-epais-christian-vibert-atelier-fontaines-3.jpg
Pose d'un glacis épais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous poursuivons donc notre travail par la pose d'un glacis d'ocre jaune au médium gras dilué (un volume de médium pour trois volumes de térébenthine) sur une zone d'empâtements.

 

 

 

empatement-glacis-christian-vibert-atelier-fontaines-2.jpg
Allègement progressif du glacis
empatement-glacis-allege-christian-vibert-atelier-fontaines-3.jpg
Glacis allégé

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ce glacis peut être redoublé, épaissi, pour en accentuer la coloration ou, au contraire, allégé à la brosse sèche ou au chiffon, et ce, durant toute la séance de travail. Aucune difficulté : le médium ne coule pas, comme il le ferait avec une pâte diluée uniquement à l'huile et/ou à l'essence. Mais il ne colle pas non plus, peu après sa pose, comme cela se produit souvent avec un médium du commerce à l'huile et au vernis. Ici, du fait de sa  thixotropie, le médium se fige au repos, mais peut être remobilisé, aussitôt si on le souhaite, mais aussi jusqu'à quelques heures plus tard, si besoin, en toute fin de séance. Le lendemain, la couche peinte sera prise et, bien souvent, quasiment sèche.
 
 
 
 
glacis-diversifie-christian-vibert-atelier-fontaines-22.jpg
Diversification du glacis

 

 

Il est encore possible de varier la coloration du glacis. Ici, comme durant la première séance, nous poursuivons notre travail en réintroduisant de l'ocre rouge et un bleu phtalocyanine. Avec très peu de moyens et une extrême facilité, sans aucun mélange sur la palette, on peut ainsi obtenir une très grande variété de valeurs, plus ou moins claires ou foncées, et de colorations. Par ailleurs, le médium se logeant différemment dans les creux ou les rehauts des empâtements, la pose de glacis en fait ressortir la richesse, procédé typique d'un peintre comme Rembrandt.

 

 

technique-mixte-glacis-christian-vibert-atelier-fontaines-36.jpg
Zone de glacis en fin de première séance

 

 

 

 

 

Nous travaillons maintenant au médium gras, toujours dilué, mais sur une zone déjà traitée par des glacis lors de la première séance. Notre but : approfondir cette partie essentiellement destinée à traduire l'ombre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

glacis-approfondissement-ombres-christian-vibert-atelier-fontaines-4.jpg
Approfondissement  d'une zone d'ombre

 

 

 

Nous posons à la brosse un glacis gras de bleu phtalocyanine. Comme toujours avec notre médium thixotrope, toutes les traces de l'outil restent visibles, mais elles pourraient être fondues, si nous le souhaitions.

 

Notez la transparence de notre glacis au médium. Non seulement les glacis posés lors de la première séance restent visibles, mais encore le dessin originel au fusain (trace oblique, en bas à droite). En matière de technique, pour un connaisseur, l'examen attentif du film pictural est donc passionnant : nul besoin de rayons X ; le travail de superposition des différentes couches picturales demeure visible à l'œil nu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

glacis-renforcement-ombres-christian-vibert-atelier-fontaines-23.jpg
Enfoncement d'une zone d'ombre
par des glacis gras successifs

 

 

Pour employer le langage de Turquet de Mayerne, médecin du XVIIème siècle, ami et observateur attentif du travail de Rubens, nous continuons à "enfoncer" notre zone d'ombre en redoublant notre glacis bleu. Le travail par glacis transparents permet ainsi, réellement, d'accéder à la troisième dimension picturale.

 

Toujours selon de Mayerne, une zone peut, en effet, être "rehaussée", c'est-à-dire mise en avant, ou, à l'inverse, "enfoncée" dans "l'épaisseur" du support selon la manière dont elle est traitée. Le tableau ne se travaille donc plus seulement par juxtaposition de touches opaques, à la manière impressionniste, mais par superpositions translucides ou transparentes, comme ce fut le cas depuis les débuts du renouveau flamand né, le prétend la tradition, des recherches sur la technique de l'huile par les frères Van Eyck durant le XVème siècle.

 

 

 

velatures-clair-fonce-christian-vibert-atelier-fontaines-40.jpg
Pose de vélatures au médium, clair sur foncé

 

 

On pense généralement qu'un glacis consiste en la superposition d'une couche transparente foncée sur une couche opaque plus claire. Cela est vrai dans la majorité des cas. Mais il est possible de procéder différemment. Ici, nous avons brossé au médium, toujours dilué, des glacis avec des ocres jaune et rouge, plus clairs que le fond précédemment posé en bleu. Il en résulte des effets d'opalescence translucide.


Le jeu de superpositions se poursuit, toujours "à facture ouverte", à la manière des esquisses de Rubens : les dessous demeurent en permanence parfaitement visibles.

 

 

 

effacement-retour-arriere-christian-vibert-atelier-fontaines-1.jpg
Effacement ; retour en arrière

 

 

 

Nous aurions pu en rester là. Cette zone paraissait "sympathique" à l'œil. Nous rappelons, cependant, que nous ne prétendons pas ici faire œuvre d'art. Il ne s'agit que d'une simple démonstration technique.

 

Alors, pas de sentiment ! Un simple coup de chiffon, sans même de diluant ! Et nous retrouvons notre zone vierge, comme lors de la reprise en deuxième séance.

 

C'est aussi cela l'avantage de travailler avec un médium aussi polyvalent. Ni collante, comme avec un médium basique à l'huile et au vernis, ni prématurément sèche, comme par exemple avec l'acrylique, une couche de couleur posée par erreur peut être ôtée durant toute la séance de travail. Corriger est donc un jeu d'enfant ! Il n'y a plus à hésiter : l'audace devient la règle. L'erreur est admise : elle fait partie intégralement du processus de création artistique.

 

 

 

 

 

 

glacis-truelle-peindre-christian-vibert-atelier-fontaines-25.jpg
Pose de glacis à la truelle à peindre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Changement d'outil, donc, et de consistance du médium. Nous décidons de repartir avec un produit non dilué et de le travailler à la truelle à peindre, outil affectionné par un peintre comme Courbet, entre autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

glacis-medium-truelle-peindre-christian-vibert-atelier-fontaines-15.jpg
Transparence, translucidité et opacité

 

 

 

Et, comme précédemment, nous posons de nouveau, et aussitôt, des touches d'ocre jaune, plus ou moins épaisses, toujours au médium non dilué. On peut observer ici que, selon l'épaisseur de la touche et la quantité de médium ajouté, toutes les gradations et variations de matière sont possibles :  depuis la plus grande transparence et profondeur (touches de bleu en haut à droite) en passant par la translucidité (touches d'ocre jaune en bas à gauche et à droite), jusqu'à la quasi opacité (touches d'ocre au milieu sur le bord droit).

 

Il ne faut donc pas croire que la technique mixte se résume à la succession mécanique, fade et monotone d'une couche de médium gras, suivie aussitôt d'une reprise dans le frais à l'émulsion maigre. Avec un médium et une émulsion bien réglés, le peintre peut travailler aussi longtemps qu'il le souhaite chacune de ces deux phases.

 

 

 

 

 

 

 

glacis-epais-truelle-peindre-christian-vibert-atelier-fontaines-10.jpg
Jeu de glacis à la brosse ou à la truelle à peindre

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos glacis précédents, posés à la truelle, nous ont paru un peu lourds... Aucun problème ! Nouveau coup de chiffon et nous reprenons le travail avec plus de légèreté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

technique-mixte-empatements-glacis-christian-vibert-atelier-fontaines-33.jpg
Glacis et empâtements en fin de première séance
glacis-medium-christian-vibert-atelier-fontaines-14.jpg
Glacis posés à la brosse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même procédure de pose et de modelé de glacis sur une nouvelle zone d'empâtements.

 

 

 

medium-glacis-fondus-christian-vibert-atelier-fontaines-30.jpg
Glacis fondus à la brosse sèche
medium-glacis-christian-vibert-atelier-fontaines-29.jpg
Pose de nouveaux glacis


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

glacis-medium-detail-christian-vibert-atelier-fontaines-16.jpg
Glacis superposés sur un empâtement

 

 

 

technique-mixte-christian-vibert-atelier-fontaines-39.jpg
Contraste clair/sombre
posé lors de la première séance

 

 

 

 

 

 

 

Un glacis peut encore permettre de modifier un dessous tout en préservant son existence, ou encore de donner une certaine unité à une zone considérée comme trop contrastée, voire discordante. Pour ce faire, il n'est pas besoin de produire des tons multiples, comme on le ferait avec des pâtes opaques. Un simple film coloré, posé en transparence et modulé en épaisseur, et le tour est joué !

 

 

 

glacis-modification-coloration-christian-vibert-atelier-fontaines-21.jpg
Modifier, unifier un dessous tout en le préservant
 

 

 

 

 

 

 

 

La technique mixte permet ainsi d'opérer avec facilité des modifications qui peuvent être importantes tout en bénéficiant de dessous déjà travaillés.


C'est le principe même de l'exécution en plusieurs étapes. Il faut savoir garder ce qui est considéré comme réussi dans les étapes précédentes pour n'avoir qu'à le modifier dans les étapes suivantes. Pour ce faire, le travail en transparence, par glacis, est idéal.


Certains peintres - citons Claude Yvel - procèdent ainsi selon une succession d'étapes qui anticipent parfaitement la réalisation future. Mais il est possible, selon son tempérament, de travailler fort différemment, par improvisation. Cette manière de peindre, "à l'inspiration", très répandue aujourd'hui parmi les peintres, peut amener des problèmes sérieux avec une technique uniquement "gras sur maigre". En effet, parvenu à un certain point, il n'est plus possible de peindre plus gras... à moins de peindre quasiment à l'huile pure !


Avec la technique mixte, du fait de l'alternance constante entre le médium gras et l'émulsion maigre, cette limite technique n'existe plus. Titien écrit ainsi avoir superposé jusqu'à quarante couches de couleur ! Et l'on connaît les capacités d'improvisation du peintre vénitien, inventeur de la technique moderne à l'huile !

 

 

 

glacis-epais-truelle-peindre-christian-vibert-atelier-fontaines-9.jpg
Empâtement transparent au médium gras

 

Toujours à la truelle à peindre, nous poursuivons l'enrichissement de la matière picturale.

 

Notez que nous n'avons toujours pas changé de pigments. Nous opérons depuis le début de notre travail avec seulement une ocre jaune, une ocre rouge et un bleu phtalocyanine. Pourtant, les tons obtenus présentent une grande variété et une saturation que l'on attendrait de pigments beaucoup plus onéreux.

 

 

 

 

 

Cette remarquable saturation résulte de la très grande transparence du médium qui, provoquant un "éloignement" des particules colorées les unes des autres, permet à la lumière de pénétrer profondément la couche picturale.

 

 

 

glacis-epais-truelle-peindre-christian-vibert-atelier-fontaines-8.jpg
Jeux d'empâtements transparents au médium gras

 

 

 

Notez aussi que, toujours du fait de la thixotropie du médium, il est extrêmement facile de superposer plusieurs couches de couleurs sans que celles-ci ne se mélangent. Mais le voudrait-on qu'un simple mouvement   de la brosse, reliquéfiant le médium, permettrait un fondu parfait.

 

 

 

 

 

 

 

 

glacis-epais-truelle-peindre-christian-vibert-atelier-fontaines-11.jpg
Pose et enlèvement de matière

 

 

 

Autres effets obtenus à la truelle  à peindre et au médium gras, par pose et/ou enlèvement de matière. Il est en effet courant de remarquer que la plupart des peintres procèdent par ajout de matière, mais fort peu pensent à la variété d'effets résultant, au contraire, d'un allègement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

glacis-epais-truelle-peindre-christian-vibert-atelier-fontaines-12.jpg
Frottis au médium

 

Même procédure : pose et frottis de matière à gauche ; allègement ci-dessous. Remarquez l'extrême variété de matière obtenue.

 

 

glacis-epais-truelle-peindre-christian-vibert-atelier-fontaines-13.jpg
Effacement partiel du glacis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

glacis-empatement-maniere-rembrandt-christian-vibert-atelier-fontaines-5.jpg
Glacis sur empâtements
glacis-empatement-maniere-rembrandt-christian-vibert-atelier-fontaines-6.jpg
Matière rembranesque, mais coloris à la Turner

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le plaisir, quelques gros plans de glacis posés sur des empâtements, discret hommage à l'extraordinaire matière d'un Rembrandt ou à celle, plus récemment, d'un Turner.

 

 

 

glacis-empatement-maniere-rembrandt-christian-vibert-atelier-fontaines-7.jpg
Vertige de la matière

 

 

A bientôt, peut-être, pour la suite de notre deuxième séance. Nos glacis au médium sont dès l'abord pris, mais non secs ; état idéal pour procéder tout aussitôt à la reprise, dans le frais, à l'émulsion. Ainsi va la technique mixte : de la séance enlevée en une seule double étape (émulsion posée sur le médium, dans le frais), au travail plus réfléchi par étapes successives, elle permet tout, sans limite technique !

 

 

vibert-banniere-atelier-des-fontaines.gif

 

 



 


Date de création : 03/10/2013 - 19:53
Dernière modification : 26/04/2017 - 11:46
Catégorie : Démonstrations
Page lue 3069 fois

 
Réactions à cet article


Réaction n°2 

par ChristianVIBERT le 06/05/2014 - 09:21

Merci à vous.
Effectivement, je considère personnellement la technique mixte comme celle qui permet de pousser la technique de la peinture à l'huile au maximum de ses possibilités. Avec elle, le procédé n'a plus de limites. En particulier, elle permet de passer au-delà de la sacro-sainte règle du "gras sur maigre" tant de fois répétée.
Cordialement,

Christian VIBERT

Réaction n°1 

par Taffun le 06/05/2014 - 08:29

Merci pour cette démonstration convaincante des avantages de la technique mixte.e
 
Recherche dans le site



Produits de l'Atelier

Généralités

Description des produits

Caractéristiques

Précautions d'emploi

Démonstrations

Témoignages

Boutique de l'Atelier
Association ATP

ATP - Art et Techniques de la Peinture

Stage 1

Stage 2

Stage 3

Stage paysage

Stages en 2017 - 2018

Cours

Galerie d'Art

Coopérative ATP
Le Chevalet Blanc

L'Atelier du Chevalet Blanc
10, rue du Général de Gaulle
27800 Bernay - FRANCE

Tél. : 02 32 45 72 69
ou 02 32 45 84 48

> L'Atelier du Chevalet Blanc

> Article dans l'Eveil, journal de Haute-Normandie

Article dans Pratique des Arts, magazine bimestriel

> Modèle vivant dans l'Eveil, journal de Haute-Normandie

 

Atelier des Fontaines

Atelier des Fontaines
Les Fontaines
3, impasse de la Vierge
27800 Brionne - FRANCE

Tél. : 02 32 45 72 69

www.atelier-des-fontaines.com

A propos de l'Atelier des Fontaines >>

Christian VIBERT

- Ancien étudiant à l'Ecole des Beaux-Arts de Versailles et de Paris (ENSBA)

- Copiste au Musée du Louvre

- Licence d'arts plastiques Panthéon-Sorbonne Paris I

- Licence de sciences de l'éducation Nanterre Paris X

- Artiste peintre

- Fabricant de médiums
(auto-entrepreneur)

- Enseignant

- Formations en techniques de peinture anciennes (Moyen Age au XIXème siècle), préparation des huiles et des vernis gras

christian.vibert@atelier-des-fontaines.com

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 46 membres


Connectés :

( personne )
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
39 Abonnés
Visiteurs

 162187 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

Retrouvez-moi sur...

Texte à méditer :  

« S'appuyer sur le passé pour mieux maîtriser le présent et espérer en l'avenir. »

   

W3C CSS Skins Papinou © 2008 - Licence Creative Commons
^ Haut ^