Précautions d'emploi - Produits picturaux, hygiène, santé et environnement

 

A la différence, par exemple, des arts lyrique ou chorégraphique qui mettent en jeu, pour l'essentiel, les capacités corporelles de l'artiste, l'art pictural est une activité éminemment matérielle.  Basé sur l'utilisation de pâtes colorées, il est donc étroitement lié à la nature et à la qualité des pigments qui les composent, et au liants et diluants qui permettent de les fixer et de les appliquer. Ces produits doivent permettre aux artistes d'exprimer le plus fidèlement possible la vision du monde qui les habite. Ils se doivent aussi de garantir la durabilité de leurs œuvres. Cependant, il est aussi essentiel qu'ils ne portent atteinte ni à l'environnement, ni à l'artiste qui les utilise.

 

Comme bon nombre de produits naturels et comme tous les produits chimiques, ceux employés par les artistes sont ainsi soumis à des lois et règlements qui protègent la santé des utilisateurs et l'environnement. Alors, qu'en est-il exactement ? Existe-t-il un danger réel à les utiliser ?

 

Durant l'Antiquité et le Moyen Age, certains pigments étaient hautement toxiques. L'orpiment, par exemple, pigment de couleur jaune, était fort dangereux du fait de sa teneur en arsenic. Le vert-de-gris, poison bien connu à base de cuivre, était fort apprécié pour sa transparence et sa coloration. Même plus récemment, jusque dans les années 1990, on utilisait encore le minium, pigment rouge-orangé à base de plomb.

 

De nos jours, dans la mesure du possible, on utilise pour la fabrication des peintures des produits ne présentant plus guère de danger pour la santé de l'utilisateur. Les terres, telles que les ocres, sont bien inoffensives. Pour les tons hautement saturés, les pigments toxiques utilisés autrefois ont été, pour la plupart, remplacés par des pigments synthétiques à base organique non dangereux. Cependant, certains pigments minéraux encore en usage contiennent des métaux lourds. La plupart ne sont pas particulièrement toxiques, car ils sont présents dans l'organisme en tant qu'oligo-éléments. Ainsi en est-il du manganèse, du zinc ou du cobalt. Seule une absorption massive pourrait présenter un réel danger. Mais qui se risquerait à consommer le contenu de ses tubes ? Par contre, il reste bien évidemment indispensable de ne pas les laisser à la portée des jeunes enfants et des animaux domestiques.

 

Les composés à base de plomb restent probablement parmi les seuls produits réellement toxiques encore employés pour un usage artistique, mais leur utilisation s'est beaucoup raréfiée. On peut d'ailleurs le regretter, car aucun produit n'a encore été découvert capable d'offrir les mêmes qualités de manipulation et les mêmes garanties de durabilité pour les techniques à l'huile. Ainsi, le blanc de plomb ou céruse (carbonate basique de plomb) reste probablement le seul pigment réellement toxique actuellement en usage. Les "blancs de plomb imitation", dorénavant sur le marché, à base d'oxydes de zinc et de titane, ne sont que de pâles succédanés qui n'offrent ni les mêmes effets, ni la même pérennité.

 

Il en est de même des oxydes de plomb, entre autres la litharge, utilisés autrefois pour la cuisson des huiles. Bien que toxiques en eux-mêmes, ils permettaient l'obtention de liants dont le remplacement par des huiles siccativées a posteriori par l'association de composés à base de cobalt et de zirconium n'offre pas, et de loin, les mêmes caractéristiques à l'emploi, ni la même durabilité.

 

Par contre, que les produits à base de plomb aient été récemment interdits d'emploi comme additifs dans les carburants, on ne peut que s'en féliciter. Ils contaminaient l'atmosphère des villes sans que personne ne puisse y échapper. De même, que leur emploi dans les peintures en bâtiment ait été proscrit, qui peut le regretter ? Les liants glycérophtaliques ou les alkydes les ont avantageusement remplacés.

 

Cependant, l'extension généralisée de cette interdiction, entre autres aux produits artistiques, semble totalement injustifiée. Ainsi, peut-on comparer les risques encourus par un artiste posant quelques touches de blanc de plomb sur une toile de format réduit, ou par le public circulant dans un musée ou une exposition où sont accrochées quelques toiles contenant des traces de pigments au plomb, protégées en sus par un vernis, avec ceux auxquels étaient exposés, autrefois, les peintres en bâtiment ponçant un mur badigeonné à la céruse avant sa réfection, ou encore à ceux d'un enfant frottant ses mains sur le même mur, puis les glissant dans sa bouche ? Il faut savoir remettre les risques en perspective, ce que les décideurs politiciens ont du mal à comprendre.

 

A savoir, aussi, que la persistance sur le marché des pigments à base de cadmium (jaunes, oranges et rouges) est, malheureusement, de plus en plus compromise. Une fois de plus, on sacrifie des pigments, dont l'intérêt en usage artistique s'était vérifié depuis plus d'un siècle, sans égard pour les dangers réels impliqués dans ce mode d'utilisation...

 

 

Important : précautions et règles d'hygiène

 

Concernant donc les quelques produits potentiellement encore toxiques employés en peinture artistique, en particulier ceux contenant du plomb, il est effectivement nécessaire de prendre quelques mesures de sécurité lors de leur utilisation. Dans les faits, des règles d'hygiène élémentaires permettent d'éviter tous risques :
- Ne pas boire, manger ou fumer durant l'utilisation des huiles, médiums, pigments et peintures en contenant, de manière à ne pas risquer de porter les produits à sa bouche.
- Eviter, de même, de se frotter les yeux.
- Bien que les savons de plomb résultant de la combinaison des composés de ce métal avec les huiles soient réputés ne pas franchir la barrière cutanée, par précaution supplémentaire, surtout du fait de l'utilisation conjointe de solvants et diluants 
(essences de térébenthine ou de pétrole) qui peuvent dessécher la peau par attaque du film lipidique cutané, on peut aussi porter, durant leur utilisation et le lavage des outils, des gants fins et souples en caoutchouc, en vinyle ou, mieux, en nitrile (gants fins de coloration bleue). Il existe aussi une crème protectrice qui permet d'ôter toute trace de couleur lors du rinçage à l'eau.
- Si l'on utilise des produits en poudre, porter un masque et, éventuellement, des lunettes durant la manipulation. Par contre, une fois amalgamés sous forme de pâtes, les produits à base de plomb ne présentent plus aucun danger. Ils ne dégagent aucune émanation gazeuse toxique durant leur utilisation ou leur siccativation.
- Bien évidemment, se laver soigneusement les mains après usage.
- Ne pas laisser ces produits à la portée des jeunes enfants ou des animaux domestiques.

 

 

christian-vibert-atelier-fontaines.jpg
Une précaution supplémentaire : porter une paire de gants souples

 

 

Concernant les solvants et diluants, le problème est plus délicat, car ils peuvent être inhalés lors de leur utilisation. Ainsi, l'essence de térébenthine, obtenue par distillation de la colophane de résineux, bien qu'étant un produit totalement naturel et renouvelable, peut provoquer des allergies, et des irritations de la peau et des voies respiratoires. Le white-spirit, comme la plupart des essences de pétrole, est souvent considéré comme moins nocif, mais il ne dissout pas aussi bien certaines résines naturelles employées pour composer les médiums. En manipulant ces solvants, il faut donc veiller à bien aérer l'atelier et éviter d'en respirer intentionnellement les vapeurs.

 

A la condition de respecter ces quelques précautions, on peut donc considérer que la plupart des matériaux picturaux employés actuellement sont quasi exempts de danger.

 

 

Et qu'en est-il pour l'environnement ?

 

Il faut déjà considérer que, comparée à l'industrie, la quantité de matériaux utilisée par les artistes est totalement insignifiante. Doublé du fait de l'individualisme qui s'est imposé au fur et à mesure du développement de la notion d'artiste depuis déjà la fin du XVIIème siècle et qui règne dorénavant en maître sur ce milieu, le poids économique des artistes peintres est sans comparaison possible avec celui des industriels. C'est pourquoi, d'ailleurs, les artistes ont si peu de pouvoir pour influer sur les décisions politiques qui tendent cependant, de plus en plus, à réglementer leurs activités.

 

Dans les faits, ni les liants naturels, ni les liants synthétiques ne polluent les ordures ménagères. Il s'agit soit de gommes, huiles et résines naturelles, c'est-à-dire de matières premières renouvelables, soit de résines synthétiques telles que les vinyliques et acryliques. Ces produits peuvent aussi bien être brûlés que mis en décharge. Le mieux reste de les éliminer à l'état sec.

 

Quant aux huiles traditionnelles cuites au plomb, il faut bien considérer que les quantités d'oxydes mises en jeu sont extrêmement faibles, de l'ordre de quelques pourcents. Il est donc totalement incohérent de vouloir réglementer cette utilisation comme on le fait, par exemple, pour celle du plomb dans les batteries automobiles.

 

Cependant, par précaution, les pigments contenant des métaux lourds toxiques - en particulier le plomb et le cadmium - ne devant pas être disséminés sans nécessité dans l'environnement, le mieux est de rapporter en déchetterie les chiffons tachés et les flacons de solvants ayant servi au nettoyage  des outils.

 

 

En manière de conclusion

 

Nous pouvons donc considérer que la plupart des matériaux employés actuellement pour la peinture artistique ne présentent aucun danger réel, ni pour l'utilisateur, ni pour l'environnement. Cependant, quelques pigments et liants contenant encore des métaux lourds et, surtout, les diluants et solvants organiques, demandent certaines précautions d'emploi. De simples règles d'hygiène permettent d'en éviter les risques potentiels.

 

 

 


Date de création : 27/12/2013 - 23:39
Dernière modification : 22/11/2015 - 16:58
Catégorie : Précautions d'emploi
Page lue 2186 fois

 
Réactions à cet article


Réaction n°1 

par sebastientollie le 24/11/2015 - 14:17

Tout d'abord merci pour ce rapport sur le blanc d'argent et cette très élégante rédaction des pages du site web qui en fait une aide précieuse :)

 
Recherche dans le site



Produits de l'Atelier

Généralités

Description des produits

Caractéristiques

Précautions d'emploi

Démonstrations

Témoignages

Boutique de l'Atelier
Association ATP

ATP - Art et Techniques de la Peinture

Stage 1

Stage 2

Stage 3

Stage paysage

Stages en 2017 - 2018

Cours

Galerie d'Art

Coopérative ATP
Le Chevalet Blanc

L'Atelier du Chevalet Blanc
10, rue du Général de Gaulle
27800 Bernay - FRANCE

Tél. : 02 32 45 72 69
ou 02 32 45 84 48

> L'Atelier du Chevalet Blanc

> Article dans l'Eveil, journal de Haute-Normandie

Article dans Pratique des Arts, magazine bimestriel

> Modèle vivant dans l'Eveil, journal de Haute-Normandie

 

Atelier des Fontaines

Atelier des Fontaines
Les Fontaines
3, impasse de la Vierge
27800 Brionne - FRANCE

Tél. : 02 32 45 72 69

www.atelier-des-fontaines.com

A propos de l'Atelier des Fontaines >>

Christian VIBERT

- Ancien étudiant à l'Ecole des Beaux-Arts de Versailles et de Paris (ENSBA)

- Copiste au Musée du Louvre

- Licence d'arts plastiques Panthéon-Sorbonne Paris I

- Licence de sciences de l'éducation Nanterre Paris X

- Artiste peintre

- Fabricant de médiums
(auto-entrepreneur)

- Enseignant

- Formations en techniques de peinture anciennes (Moyen Age au XIXème siècle), préparation des huiles et des vernis gras

christian.vibert@atelier-des-fontaines.com

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 46 membres


Connectés :

( personne )
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
39 Abonnés
Visiteurs

 162187 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

Retrouvez-moi sur...

Texte à méditer :  

« S'appuyer sur le passé pour mieux maîtriser le présent et espérer en l'avenir. »

   

W3C CSS Skins Papinou © 2008 - Licence Creative Commons
^ Haut ^