Pigments blanc d'argent importation USA

 

pigments-blanc-de-plomb-carbonate-de-plomb-blanc-d-argent.jpg
Pigments carbonate de plomb (blanc d'argent), importation depuis les USA

 

 

Attention : La coopérative fonctionnant en parallèle de l'association "ATP - Art et Techniques de la Peinture" est uniquement accessible aux adhérents à jour de leur cotisation (voir "Pour adhérer à l'association ATP").

 

Pour des informations complémentaires sur cette coopérative (voir : "But et moyens d'action").

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Un pigment historique

 

Le blanc de plomb, encore appelé blanc d'argent, fut quasiment le seul blanc disponible à l'huile depuis le XVème jusqu'au XIXème siècle. Il est considéré comme irremplaçable pour cette technique. En particulier, il ne peut être comparé aux mélanges de blancs de zinc et de titane additionnés de siccatifs proposés comme substituts par les fabricants contemporains. Pour quelles raisons ?

 

 

blanc-broye-huile-noix-atelier-fontaines-christian-vibert-9.jpg
Le blanc de plomb broyé à l'huile de noix :
des empâtements qui siccativent rapidement et en profondeur

 

 

 

 

 

 

Premier avantage, employé à l'huile, ce pigment siccative rapidement et à cœur, même posé en très forte épaisseur. Ainsi, un peintre comme Rembrandt n'aurait pu se permettre ses empâtements s'il n'avait disposé de ce pigment. Comparativement, le blanc de zinc, posé avec générosité, du fait d'une totale absence de souplesse, fendillera immanquablement. Quant au blanc de titane, employé seul, lui aussi relativement fragile, il pourra mettre un temps considérable pour durcir.

 

 

 

 

 

 

blanc-broye-huile-noix-atelier-fontaines-christian-vibert-14.jpg
Le blanc de plomb : un pigment mi-opaque, très polyvalent

 

 

blanc-broye-huile-noix-atelier-fontaines-christian-vibert-13.jpg
Le blanc de plomb :
un bon équilibre entre opacité et translucidité

 

 

 

 

 

 

 

 

Par ailleurs, mi-opaque, le blanc de plomb permet tout à la fois la pose de pâtes bien couvrantes comme l'obtention de vélatures imperceptibles. Le blanc de zinc, particulièrement translucide, ne pourra être utilisé qu'en fines couches opalescentes ou pour éclaircir des couleurs plus saturées. Le blanc de titane, très opaque, a tendance, de ce fait, à donner des tons d'apparence crayeuse.

 

 

blanc-plomb-blanc-argent-atelier-fontaines-christian-vibert-2.jpg   blanc-plomb-blanc-argent-atelier-fontaines-christian-vibert-3.jpg
Christian VIBERT Le verger (détail de l'ébauche)
Huile sur toile marouflée sur panneau
  Autre détail : modelés translucides au blanc de plomb

 

 

Particulièrement ductile (étymologiquement, la ductilité est la capacité à se laisser conduire), le blanc de plomb autorise ainsi les modelés les plus fins et précis, mais aussi...

 

 

 

technique-mixte-christian-vibert-atelier-fontaines-21.jpg
Des matières étonnamment variées

 

 

 

technique-mixte-christian-vibert-atelier-fontaines-17.jpg
Une matière subtile ou vigoureuse, au choix

 

 

 

... les matières les plus contradictoires : aérienne ou, à l'inverse, empâtée, filée, granuleuse, arrachée...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

blanc-broye-huile-noix-atelier-fontaines-christian-vibert-4.jpg
Des superpositions extrêmement faciles

 

 

Comme aucune autre pâte pigmentaire, il peut se superposer dans le frais, touche sur touche, sans creuser ni laisser de cernes. Il s'empâte naturellement comme l'a parfaitement noté Jacques Maroger.

 

Pour des effets intermédiaires, il peut d'autre part être mélangé en toute proportion aux blancs de zinc et de titane auxquels il communique sa nervosité, son excellente siccativité et la solidité qui leur font défaut.

 

 

 

 

Ne présentant qu'une prise d'huile très faible au broyage, il se conserve merveilleusement, offrant une surface peinte dure tout en gardant une remarquable souplesse dans le temps. A preuve, par exemple, l'état de conservation des clairs dans nombre d'œuvres du XIXème siècle français (Delacroix, Géricault, Prud'hon) quand les parties plus sombres ou plus colorées ont, elles, cruellement souffert.

 

 

 

blanc-plomb-blanc-argent-atelier-fontaines-christian-vibert-7.jpg
Pigment blanc de plomb traditionnel broyé à l'eau

 

 

Autre caractéristique tout à fait étonnante, du moins dans sa version historique, ce pigment acceptait très facilement l'addition d'eau. Traditionnellement, on commençait, en effet, son broyage à l'eau afin de le purifier, avant de passer au broyage à l'huile (flushing process). Ce faisant, une fois préparées, les pâtes de blanc de plomb conservaient des traces aqueuses qui contribuaient à l'obtention d'une matière mousseuse, caractéristique remarquable, en particulier de la peinture flamande.

 

 

 

 

 

Cet effet peut facilement être reproduit en introduisant a posteriori de l'eau dans les pâtes huileuses ou en travaillant à l'émulsion.  Pour aller plus loin, on peut encore broyer directement le pigment à l'émulsion.

 

Cependant, considéré comme toxique - plus pour les ouvriers qui le fabriquaient que pour les peintres qui l'employaient -, le blanc de plomb a commencé à être mis en cause à partir de la première moitié du XIXème siècle (guerre de la céruse). Les industriels qui venaient de mettre au point le blanc de  zinc cherchaient, par cette campagne, à imposer leur propre produit. Ce dernier sera lui-même contesté, au début du XXème siècle, par le blanc de titane. A partir des années 2000, suite à une législation européenne peinant à différencier la peinture artistique de la peinture en bâtiment, il est devenu de plus en plus difficile de s'en procurer. La dernière entreprise européenne, située au Royaume-Uni, qui produisait ce pigment a d'ailleurs cessé sa fabrication en 2013.

 

Quand on le trouve encore, ce pigment est donc, dorénavant, exclusivement importé ; d'où, entre autres, l'augmentation très nette de son prix d'achat depuis quelques années. Produit en particulier en Chine, sa qualité est devenue, d'autre part, souvent discutable. Autre remarque : il est maintenant le plus souvent proposé sous forme enrobée.

 

 

blanc-plomb-blanc-argent-atelier-fontaines-christian-vibert-8.jpg
Réaction hydrophobe d'un pigment de blanc de plomb moderne ;
les gouttelettes d'eau refusent sur la masse poudreuse


Chaque particule ayant subi un traitement la rendant hydrophobe, la masse pigmentaire refuse l'addition d'eau, ce qui, pourtant, était - on l'a dit - l'une des caractéristiques les plus remarquables de ce blanc, lui autorisant des effets tout à fait particuliers.

 

Il est vrai qu'il n'est pas conseillé de l'employer dans les techniques aqueuses, milieu non suffisamment protecteur contre d'éventuelles émanations soufrées atmosphériques qui pourraient provoquer son noircissement. Ce traitement qui l'hydrofuge est, cependant, un peu radical, ôtant toute possibilité à l'utilisateur d'exercer un choix circonstancié.

 

 

 

Nous sommes donc heureux de vous présenter de nouveau, par l'intermédiaire de la Coopérative ATP, ce pigment si particulier qu'est le carbonate de plomb ; de plus, dans sa forme traditionnelle hydrophile. Il se comporte donc particulièrement bien dans tous les travaux huileux ou oléo-résineux, mais aussi dans les techniques requérant en outre la présence d'une quantité plus ou moins importante d'eau, de liant aqueux (œuf, colle de peau, caséine...) ou d'émulsion (technique mixte). Importé des USA, sa qualité est irréprochable. Enfin, nous le proposons à un prix tout à fait concurrentiel. Nous sommes certain que vous tirerez le plus grand bénéfice de ce pigment exceptionnel dans la réalisation de vos travaux picturaux !

 

 

pigments-blanc-de-plomb-carbonate-de-plomb-blanc-d-argent.jpg
Pigments carbonate de plomb (blanc d'argent)
importés depuis les USA

 

 

 

 

Quand on le trouve encore, le carbonate de plomb (blanc d'argent) est vendu plus de 22,00 € les 100 g et quasiment 52,00 € le kg, port non compris. Nous le proposons avec une réduction de 10 à 30% suivant la quantité.

 

 

 

 

 

 

Le blanc d'argent sous forme pigmentaire est de nouveau disponible !

 

 

Carbonate de plomb (blanc d'argent) de qualité exceptionnelle :

 

- 500 g : 28,43 € (+ port Colissimo France 9,45 €),  soit avec une réduction de 30 %.

 

- 1 kg : 45,84 € (+ port Colissimo France 10,45 €),  soit avec une réduction de 10 %.

 

 

Quantité

 

 

 

Nous recommandons le broyage de ce pigment avec l'huile de noix de première pression à froid démucilaginée de manière artisanale douce "Atelier des Fontaines".

 

Attention : La coopérative fonctionnant en parallèle de l'association "ATP - Art et Techniques de la Peinture" est uniquement accessible aux adhérents à jour de leur cotisation (voir "Pour adhérer à l'association ATP").

 

Pour des informations complémentaires sur cette coopérative (voir : "But et moyens d'action").

 

 

 

Nouveau service : La livraison économique en points Mondial Relay.

 

 

   

 

 
Securise par PayPal
 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Pour commander les produits par la coopérative "ATP - Art et Techniques de la Peinture", il est aussi possible :

 

- D'envoyer un e-mail à l'adresse suivante : christian.vibert@gmail.com ;

- De téléphoner au 02.32.45.72.69 ;

- D'écrire à l'adresse suivante :

Christian VIBERT
ATP - Art et Techniques de la Peinture
Les Fontaines
3, impasse de la Vierge
27800 BRIONNE
FRANCE

- De payer par chèque à l'ordre de "ATP - Art et Techniques de la Peinture".

 

Merci et bonne peinture !

 

 

 

 

  

 

 CopyrightFrance.com

 


Date de création : 27/01/2017 - 23:06
Dernière modification : 26/01/2018 - 01:02
Catégorie :
Page lue 1049 fois

 
Réactions à cet article


Réaction n°3 

par AlainR le 24/01/2018 - 20:41

Merci pour cette réponse précise et claire !

Réaction n°2 

par ChristianVIBERT le 24/01/2018 - 11:08

Bonjour à vous,

 

"- J’utilise actuellement le blanc d’argent Blockx en tube de 200 ml. Je ne connais pas la densité du pigment, mais une fois broyé, quelle quantité environ de votre pigment faut-il pour obtenir l’équivalent de ce tube ?

- Pour 1kg de pigment, combien d’huile de noix faut-il prévoir pour le broyage ?"

Le carbonate de plomb est l'un des pigments ayant la prise d'huile la plus faible. Maintenant, cela dépend bien évidemment de la manière de le broyer. On conseille de broyer le plus serré possible. Cependant, à la main, un broyage très serré est assez difficile, mais même les fabricants ne sont guère performants sur ce point. La variabilité de consistance des couleurs en tubes, pour une même couleur et un même fabricant, est étonnante.

Pour tenter de répondre plus précisément à votre question, cette prise d'huile peut aller de 10 à 20% en poids de la pâte obtenue en final (10 à 20 g d'huile pour 100 g de pâte), ce qui est faible. A titre de comparaison, une terre de sienne naturelle demande environ 55% d'huile.

Je ne connais pas le pourcentage d'huile utilisé par Blockx pour son blanc d'argent. Mais, à l'ouverture des tubes, on peut constater qu'il broie assez peu serré. La densité du carbonate de plomb est 6,6 g au cm3. Celle de l'huile d'œillette est d'environ 0,925 g au cm3. En pesant les tubes de chez Blockx, on pourrait donc calculer ce pourcentage, tout en négligeant le poids du tube vide qu'il utilise et que je ne connais pas non plus. Mais, pour tout vous dire, je ne me suis jamais amusé à effectuer ces calculs que je trouve inutiles.

Je m'en explique :

- Le blanc d'argent de chez Blockx est de très grande qualité. Je l'utilise très souvent et m'en trouve fort bien. Et tous les utilisateurs à qui la Coopérative ATP le vend s'en disent extrêmement satisfaits. Seule précaution : le déshuiler quelques minutes sur une feuille de papier machine si, au sortir du tube, on le trouve trop huileux, ce qui est effectivement souvent le cas. Cependant, cet exsudat d'huile prouve au moins que Blockx n'emploie pas d'additif destiné à éviter la séparation des pigments de leur liant.  

- Surtout, Blockx est devenu quasiment le seul fabricant en Europe à proposer ce type de blanc. J'espère très sincèrement que, malgré les pressions de la part des autorités dont Jacques Blockx lui-même m'a fait part, son entreprise continuera à le proposer le plus longtemps possible.

 

"- Autrement dit, à condition d’un broyage maison, bien sûr, l’achat du pigment est-il sensiblement plus économique, huile de noix comprise ?"

Objectivement, je ne prépare jamais une telle quantité de peinture en une seule fois. Je ne peux donc pas répondre précisément à votre question. On estime, cependant, que le prix de revient d'une couleur broyée à la main est 5 à 6 fois moindre que la somme payée pour la même couleur achetée dans le commerce de détail.

D'une manière pratique, mieux vaut ne préparer que des quantités plus modérées de couleurs et les utiliser plus rapidement. En cause, la siccativité des couleurs préparées manuellement. En préparer de grandes quantités expose à un dessèchement dans les tubes même.

 

"- Dans le cas où l’économie ne serait pas significative, y a t-il un autre bénéfice à attendre ?"

Tout à fait et, hormis l'aspect économique, c'est même là l'intérêt principal de broyer ses couleurs soi-même, à commencer par le fait de pouvoir les composer selon ce qu'on en attend vraiment, et non en demeurant soumis aux objectifs commerciaux des entreprises spécialisées. Ainsi, en lieu et place des huiles d’œillette et, actuellement, de carthame – pâles mais très peu siccatives, voire de celles de tournesol ou de soja, essentiellement économiques, mais de qualité très médiocre pour la peinture – utilisées par les industriels pour le broyage des pigments, il devient possible de choisir des huiles traditionnelles beaucoup plus performantes : l'huile de lin pour le broyage des pigments foncés et/ou naturellement peu siccatifs ; l’huile de noix, peu jaunissante et de bonne siccativité, pour la préparation des teintes pâles. De même, si l'on n'utilise pas de médium, des liants composés peuvent être mis en œuvre, par exemple un mélange d'huile crue et d’huile cuite pour la préparation de pâtes beaucoup plus riches d'aspect, plus onctueuses et à la siccativité remarquable.

Par ailleurs, les pâtes obtenues peuvent être de très haute qualité. En effet, la plupart des fabricants, pour minimiser le prix de revient de leurs peintures, y adjoignent de multiples charges et additifs, en particulier dans les gammes « études » ou « grand public ». Ces produits permettent, entre autres, d'augmenter le volume des pâtes pour un coût très faible, mais au détriment de la concentration pigmentaire. Les peintures ainsi chargées et additivées perdent de leur intensité colorée et, surtout, de leur pouvoir couvrant. D'autre part, absorbant de l’huile sans contribuer à la coloration des pâtes, ces additifs participent au jaunissement du film pictural. Les résultats qu'on obtient de ces peintures bas de gamme ne sont, en tout état de cause, pas à la hauteur des sommes investies, même plus faibles...

Il va sans dire que les couleurs Blockx ne sont aucunement concernées par ce qui vient d'être dit. Par contre, on pourrait préférer que cette maison utilise l'huile de noix plutôt que l'huile d'œillette, ce que l'on peut faire soi-même si l'on opte pour le broyage manuel.

 

"- Savez-vous si le blanc d’argent Blockx est hydrofugé lui aussi ?"

Je l'ignore. Mais son blanc se comportant très bien en mélange à une émulsion, je pense qu'il ne l'est pas.

 

"- Quelle degré de toxicité si le pigment est manipulé avec précaution, broyé avec des gants… ? Quelles précautions faut-il prendre ?"

Le blanc de plomb est toxique, c'est bien connu, surtout sous forme pulvérulente. Une fois broyé, sa toxicité est cependant beaucoup plus faible. En effet, il semble que les savons de plomb ne passent pas la barrière cutanée. Ceci étant, utilisé avec une essence, qui tend à dessécher la peau, la question peut se poser différemment. De même, on peut avoir une écorchure qui sera alors une porte d'entrée potentielle. On conseille donc essentiellement de bien se laver les mains après usage. Mais le port de gants est une bonne précaution supplémentaire.

Lors du broyage manuel, par contre, le plus important est de se protéger de l'inhalation de poussières éventuelles. Personnellement, j'utilise un masque avec valve durant la phase d'empâtement (mélange de la poudre et du liant), que j'ôte pour effectuer le broyage lui-même.

 

"- Je ne dispose pas encore d’une molette ni d’une pierre à broyer. Je me mets en quête et j’envisage même de les faire réaliser en granit par un marbrier tailleur de pierre. Auriez-vous un tuyau ?"

Procurez-vous une molette à rebord surplombant, beaucoup plus efficace qu'un outil à bord droit qui voit la couleur remonter sur son corps lors du broyage. Pour le support de broyage, la pierre en granite est idéale (j'en possède une magnifique, cadeau inestimable d'un client très satisfait devenu depuis un ami), mais une simple plaque de verre épaisse dépolie à la poudre de carborundum est tout à fait correcte. C'est un choix à faire en pesant le rapport qualité / prix.

 

Cordialement,

 

Christian VIBERT


Réaction n°1 

par AlainR le 23/01/2018 - 21:32

Bonsoir monsieur Vibert,

je reviens vers vous pour quelques questions avant de vous commander prochainement certains produits.

- J’utilise actuellement le blanc d’argent Blockx en tube de 200 ml. Je ne connais pas la densité du pigment, mais une fois broyé, quelle quantité environ de votre pigment faut-il pour obtenir l’équivalent de ce tube ? Autrement dit, à condition d’un broyage maison, bien sûr, l’achat du pigment est-il sensiblement plus économique, huile de noix comprise ?

- Dans le cas où l’économie ne serait pas significative, y a t-il un autre bénéfice à attendre ?

- Pour 1kg de pigment, combien d’huile de noix faut-il prévoir pour le broyage ?

- Savez-vous si le blanc d’argent Blockx est hydrofugé lui aussi ?

- Quelle degré de toxicité si le pigment est manipulé avec précaution, broyé avec des gants… ? Quelles précautions faut-il prendre ?

- Je ne dispose pas encore d’une molette ni d’une pierre à broyer. Je me mets en quête et j’envisage même de les faire réaliser en granit par un marbrier tailleur de pierre. Auriez-vous un tuyau ?

Je vous remercie d’avance pour votre réponse,

bien cordialement,

Alain R.

 
Recherche dans le site



Produits de l'Atelier

Généralités

Description des produits

Caractéristiques

Précautions d'emploi

Démonstrations

Témoignages

Boutique de l'Atelier
Association ATP

ATP - Art et Techniques de la Peinture

Stage 1

Stage 2

Stage 3

Stage paysage

Stages en 2017 - 2018

Cours

Galerie d'Art

Coopérative ATP
Le Chevalet Blanc

L'Atelier du Chevalet Blanc
10, rue du Général de Gaulle
27800 Bernay - FRANCE

Tél. : 02 32 45 72 69
ou 02 32 45 84 48

> L'Atelier du Chevalet Blanc

> Article dans l'Eveil, journal de Haute-Normandie

Article dans Pratique des Arts, magazine bimestriel

> Modèle vivant dans l'Eveil, journal de Haute-Normandie

 

Atelier des Fontaines

Atelier des Fontaines
Les Fontaines
3, impasse de la Vierge
27800 Brionne - FRANCE

Tél. : 02 32 45 72 69

www.atelier-des-fontaines.com

A propos de l'Atelier des Fontaines >>

Christian VIBERT

- Ancien étudiant à l'Ecole des Beaux-Arts de Versailles et de Paris (ENSBA)

- Copiste au Musée du Louvre

- Licence d'arts plastiques Panthéon-Sorbonne Paris I

- Licence de sciences de l'éducation Nanterre Paris X

- Artiste peintre

- Fabricant de médiums
(auto-entrepreneur)

- Enseignant

- Formations en techniques de peinture anciennes (Moyen Age au XIXème siècle), préparation des huiles et des vernis gras

christian.vibert@atelier-des-fontaines.com

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 47 membres


Connectés :

( personne )
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
40 Abonnés
Visiteurs

 173024 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

Retrouvez-moi sur...

Texte à méditer :  

« S'appuyer sur le passé pour mieux maîtriser le présent et espérer en l'avenir. »

   

W3C CSS Skins Papinou © 2008 - Licence Creative Commons
^ Haut ^